Page d'accueil
Les gens du jumelage, page 1
Promenade à Hexham
Le comité
Les gens du jumelage, page 2
L'Abbaye d'Hexham
Metzingen
Newcastle
Le Mur d'Hadrien
le ceilidh
Hommage à Bertrand Labarre,
David Oliver,  à John Lynch et à Kay Clark
Les 10 ans du jumelage

As the object of this page is to explain what a ceilidh is, the text is only in French as the people of Hexham need no explanation.
But they can have a look at the pictures

Qu'est-ce que c'est qu'un ceilidh ???

 
PHOTOS DU CEILIDH 2005 , CLIQUEZ ICI et ICI

 
PHOTOS DU CEILIDH 2006 , CLIQUEZ ICI et ICI

 
Au début, ça avait lieu seulement à Hexham mais maintenant on a des ceilidhs à Noyon aussi (Ca gagne...)
On pourrait dire que c'est un bal folk à la sauce anglaise

Imaginez une salle quelconque, avec des tables tout autour et des gens qui s'installent.  En fait, nous et nos amis anglais. Nous sommes nombreux, souvent une bonne centaine. Il y a aussi un orchestre qui commence à jouer en sourdine de la musique qui ressemble, à nos oreilles inexpérimentées, à des gigues irlandaises.  
Puis quelqu'un prend le micro pour nous expliquer comment va se dérouler la première danse. La plupart du temps il faut former des couples et se mettre en ligne, ou en carré, ou en cercle. Puis, on nous dit ce qu'il faut faire sans la musique.  Une figure très compliquée que nous devrons répéter de nombreuses fois, et qui nous permettra de changer ou de ne pas changer de partenaire au cours de la danse, c'est selon.On nous explique

Là, on peut voir la concentration intense de Catherine et de Marjorie qui écoutent le monsieur en bleu. 
Lui c'est un pro, uThe Hexham Morris Menn Morris Man.


Vous pouvez cliquer sur la photo pour l'agrandir


Mon dieu, comme c'est difficile, on n'y arrivera jamais!

C'est sûr, on va se tromper tout le temps. 
Puis la musique se met à jouer très fort, et là c'est pour de vrai, ça va quatre fois plus vite et oui, on se trompe, au lieu d'attraper son partneaire de droite on attrape celui de gauche, on recule quand il faut avancer, on se sait plus ou en en est.

Mais la musique est entrainante et il y a toujours quelqu'un dans le groupe qui sait ce qu'il faut faire et qui nous remet dans le rang. Oui, mais voilà, le rang a déjà bougé . Ca va si vite, ça tourbillonne, on a de la peine à trouver son souffle ou à le reprendre. En plus on rit tellement des bêtises que l'on a faites ou  de l'air ahuri d'un des danseurs qu'on a vraiment du mal a se concentrer. Heureusement la musique nous guide. Et petit à petit, incroyable mais vrai, on se met à faire les bons mouvements, et en rythme. 

Alors là, on découvre le plaisir de danser!
là, on commence à être vraiment bons.

Vous pouvez cliquer sur la photo pour l'agrandir
On commence à danser


Là, on devient vraiment bons

Avant on s'amusait comme des fous, on avait l'impression de faire les pitres, mais maintenant, avec grâce et légèreté,on virevolte, on évolue avec aisance, on ne se trompe presque plus,
et.... la musique s'arrête.
Cette danse là est finie. Quel dommage!
Oui, mais aussi, ouf. On commençait a être complètement essoufflé.
Nous allons pouvoir nous reposer cinq minutes, juste le temps qu'il faut pour qu'on nous explique la danse suivante ou que nous changions de partenaire.
Tiens, parlons de nos partenaires.
La dernière fois, c'était une vielle dame , maintenant c'est une petite fille.

Tout à l'heure ça sera un très charmant jeune homme, et chaque nouveau morceau nous fait danser avec toutes sortes de personnes différentes.
Français, anglais, à la fin de la soirée, on se connait tous, et c'est à ce moment que le groupe joue "Auld lang syne", ("Ce n'est qu'un au revoir" en français). Nous nous mettons tous en cercle, nous nous donnons tous la main en croisant les bras et nous chantons tous à tue-tête en nous balançant de droite à gauche.
Voilà, on voudrait que ça continue mais c'est fini.
Il va falloir attendre le prochain ceilidh dans un an lors de notre prochaine rencontre.





danielle.esposito@wanadoo.fr